Formation des intervenant·es à domicile

Écrit par Nicolas Gueugneau, docteur en neurosciences en Activités physiques adaptées. MCF au laboratoire ERCOS-ELLIADD, EA4661, UPFR des Sports de Besançon. Université de Franche-Comté.
Publié dans le Manifeste du Prendre Soin à Domicile aux Éditions LEH en février 2021.

Le secteur de l’aide à domicile se situe au carrefour de domaines en constante évolution qui ouvrent la voie à de nouveaux modes d’accompagnement. Cependant, les intervenants sont trop peu formés et les professionnels de santé ont du mal à suivre le développement rapide des connaissances scientifiques et technologiques. Dans ce contexte, il semble incontournable de développer des formations adaptées aux intervenants qui souhaitent se familiariser à de nouvelles techniques. Ces derniers pourraient alors mettre à jour leurs compétences, faire évoluer leur vision du métier, et à terme améliorer la qualité de vie des usagers. Nous présentons ici quelques secteurs clés pour lesquels il nous paraît nécessaire de développer de nouvelles offres de formation.

“La mise en place de formations qui prennent en compte les connaissances les plus actuelles dans les domaines de l’accompagnement et du soin devrait permettre de moderniser en profondeur le secteur, d’améliorer la qualité de vie des usagers et d’optimiser la charge de travail des aidants.”

L’informatique et les technologies numériques peuvent optimiser l’habitat à travers la domotique et les objets connectés. Les commandes à distance et la télémétrie peuvent, par exemple, améliorer l’autonomie des personnes à mobilité réduite. Certains outils de communication peuvent faciliter la transmission d’informations entre les intervenants (dossier médical, partage de données biologiques), ou encore accompagner et stimuler les personnes fragiles dans leurs activités quotidiennes : communiquer avec leurs proches via les réseaux sociaux, prévenir les chutes ou stimuler la motricité et la cognition via des dispositifs robotiques, etc.

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) permet aux malades atteints par une affection de longue durée et à leurs aidants d’acquérir des compétences qui les aident à mieux vivre. La personne en soins se responsabilise par rapport à la maladie, acquiert des connaissances médicales et développe de nouveaux comportements de santé. L’ETP est dispensée par des professionnels (para) médicaux et est bien développée pour certaines maladies chroniques précises (cancers, diabètes, pathologies psychiatriques, VIH). De nouvelles formations ETP doivent donc être élargies aux thématiques de l’accompagnement et du soin à domicile (inexistantes aujourd’hui), qui pourraient impliquer des personnes atteintes de plusieurs affections de longue durée.

L’activité physique adaptée (APA) ou le sport-santé sont des enjeux forts de santé publique. L’APA est un excellent moyen de prévention pour la santé et un outil thérapeutique pour de nombreuses pathologies. L’activité physique permet, par exemple, de diminuer certains traitements pharmacologiques, aide à maintenir le niveau d’autonomie des personnes âgées, ou encore limite le déclin fonctionnel lié à certaines maladies neurodégénératives. Des formations adaptées, permettraient aux aidants de stimuler les patients fragiles en les guidant dans des exercices simples, basés sur des activités de la vie quotidienne (se lever, porter une charge, saisir un objet, etc.), améliorant à terme la qualité de vie des usagers.

Les thérapies non conventionnelles et les médecines alternatives ont un rôle à jouer dans le maintien ou l’amélioration de la qualité de vie des patients à domicile. Les massages de confort, la sophrologie, la méditation de pleine conscience ou l’hypnose sont des exemples de pratiques qui peuvent participer à l’apaisement de la personne à domicile. La mise en place de formations qui prennent en compte les connaissances les plus actuelles dans les domaines de l’accompagnement et du soin devrait permettre de moderniser en profondeur le secteur, d’améliorer la qualité de vie des usagers et d’optimiser la charge de travail des aidants.